10 views |0 comments

Le cyber café au coin de la rue, l’ordinateur fixe dans un bureau administratif public, un individu sur son ordinateur portable ou encore les nombreux centres de formation en informatique sont les premiers repères lorsqu’il est question de numérique. C’est une réalité ! La culture du numérique au Gabon est telle qu’on confond encore numérique et informatique. On pourrait le vérifier en faisant un micro trottoir et demander aux passants ce qu’ils savent du numérique. Les réponses vont certainement vous paraître renversantes et même vous faire tomber de rire.

Cependant, bien que techniquement complexe à expliquer, une différence fondamentale existe entre ces deux termes. Selon le petit dico illustré du numérique, « l’informatique c’est le traitement automatique de l’information à l’aide de programmes par des machines telles que des ordinateurs, des robots et des automates programmables ». Le numérique renvoie à plusieurs sens quand il s’agit de le définir en général. Il se confond, à tort selon certains qui pensent que c’est simplement une question de partage entre l’anglais et le français, avec le terme digital. Pour être bref sur la question, digital en anglais veut dire ce que numérique veut dire en français. « Regardez ce qui est en jeu avec les termes numérisation et digitalisation et vous verrez que numérique et digital ne sont pas synonymes. La numérisation renvoie au changement de support de données (films, images, enregistrements), à sa dématérialisation, et la digitalisation à la communication via des supports immatériels, à l’accès au digital. Personne n’ira parler de numérisation d’une marque (sauf de ses archives) alors que la digitalisation de la marque est une mutation en cours dans son dispositif global de communication » selon Fabian Ropars sur Le Blog du Modérateur.

Les érudits vous diront que le numérique dans son sens informatique est un terme qui exprime les données dans un code binaire à base de 0 et de 1. On dit numérique une information présentée sous forme de nombres associés à une indication de la grandeur à laquelle ils s’appliquent, permettant les calculs, les statistiques, la vérification des modèles mathématiques. C’est à partir de ce modèle que les ordinateurs ont évolué, en partant de machines à calculer programmables. L’électronique numérique a va rejoindre l’informatique pour traiter une quantité croissante de documents. L’adjectif « numérique » distingue le son numérique, la photographie numérique, la vidéo numérique et le cinéma numérique de leurs versions plus anciennes fonctionnant avec des procédés analogiques (données variables en continue).

Il est indéniable, le niveau d’acquisition de la culture numérique ou cyberculture dans notre pays reste dans une phase assez embryonnaire. Or, un système, pour le définir avec les éléments de base, est un tout structuré dans lequel les composantes fonctionnent les unes au dépend des autres. Un tout qui, en réalité ne peut pas connaître de « Take Off », pour emprunter une analyse économique introduite par Walt Whitman Rostow. C’est donc, exprimé en ces termes, mettre un accent sur les conditions préalables dans l’objectif d’accompagner le développement du numérique. Chez nous, on reste plutôt dans une compétition dans laquelle le plus important est de savoir qui sera le meilleur ou le plus fort. Et, dans ces conditions, l’écosystème numérique ne pourrait en aucun cas être consolidé. En un mot, il n’existe pas. Malheureusement, nous en sommes encore à attendre la bourde de X ou Y pour apparaître en sauveur pour soit disant faire ce qu’il fallait.

Pour que cela tienne d’information, l’écosystème numérique c’est exactement cette startup qui œuvre dans le numérique, cet incubateur qui accompagne l’entreprenariat du numérique, les espaces d’éclosion numérique (Coworking), ces développeurs qui créent de nouvelles applications numériques, ces nombreuses communications autour de la question numérique et le gouvernement à travers le projet eGabon. Il y en a d’autres éventuellement, mais l’important reste que ce sont toutes ces entités qui composent le système du numérique.

Un dicton africain dit que « seul on va plus vite, ensemble on va plus loin ». Il n’est point question de défiance, il ne faut pas non plus se replier sur soi sous un prétexte quelconque. Quoi que vous fassiez, le numérique ne connaîtra une meilleure croissance que lorsque son écosystème sera en synergie.

Share

Post comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Go Top